Synthèse du colloque des rencontres internationales d’EURODEFENSE: « De nouveaux défis de sécurité : Comment repenser la défense de l’Europe » ?

lecanuet ed

Rédigée par Elisabeth Cazeaux et Marc Foucault.

Hubert Védrine, ancien ministre des affaires étrangères de François Mitterrand, ouvre le colloque « De nouveaux défis de sécurité : Comment repenser la défense de l’Europe ? ». De son point de vue, la défense européenne est un concept trop flou. Pour la plupart des Européens, et quoi qu’en dise la France, la défense de l’Europe, et depuis 1945, c’est avant tout les Américains et l’OTAN. Mais l’ancien ministre de François Mitterrand comprend l’angoisse de beaucoup : jusqu’où seraient prêts à aller les Américains pour défendre l’Europe ? Nous Européens, nous ne saurions pas défendre l’Europe seuls. Même si chaque Etat européen y consacrait 2% de son PIB. Ce n’est pas qu’une question financière mais aussi une question de doctrine d’emploi. Comment se mettre d’accord à 27 ? Comment réagir ? Comment décider ?
Pour autant, il existe un chemin entre une défense européenne, pilier de l’OTAN, à laquelle Hubert Védrine ne croit pas, et une Europe inerte en matière de défense. D’abord des alliances ponctuelles sont possibles. Cela aurait pu être le cas au Mali. Il s’agirait alors de doter l’Europe de forces de projection pour peser dans les crises. Il est possible aussi de renforcer la base industrielle et technologique de nos outils de défense avec des coopérations voire des fusions (cf. EADS). Cette base industrielle est fondamentale pour donner réalité au concept d’autonomie stratégique.

Cette autonomie stratégique ne suppose pas seulement de se passer des composants d’origine américaine présents dans les armements. Elle suppose surtout une vision stratégique. Or, celle-ci n’existe pas en Europe, à part en France et au Royaume-Uni. Les autres Etats sont dans une sorte de climat de post-histoire dans laquelle la défense appartient au passé. La récente réunion de Bratislava a parlé, comme François Mitterrand en son temps, « d’Europe qui protège ». Mais quelle chair donner à cette formule ? Comment faire comprendre aux Européens que pour protéger leur mode de vie, il faut à la fois du soft et du hard power ?

Les Américains ne sont pas contre cette Europe de la défense, et notamment pour des raisons financières (« partage du fardeau »). Sont-ils pour autant prêts à partager la décision au sein de l’OTAN ? On peut en douter.

Enfin, la proposition développée par la Fondation Schuman séduit Hubert Védrine. Constatant à regret que la volonté fédérale est absente et sans attendre une hypothétique défense européenne, la Fondation a suggéré l’élaboration d’un traité à trois entre Allemagne, Royaume-Uni et France dans le cadre de l’OTAN. En cas de refus du Royaume-Uni, Hubert Védrine émet l’idée d’un traité à cinq : France, Allemagne, Italie, Pologne, Suède.

Le professeur, Frédéric Charillon, qui prend la parole à la suite du ministre Védrine, constate lui aussi la fin des illusions d’une Europe post-tragique. Au Sud, à l’Est, l’environnement est lourd de menaces. En même temps, les réponses européennes aux questions stratégiques sont brouillées : sur l’OTAN, sur la question russe selon que l’on est un Etat de l’Est ou du Sud de l’Europe, sur la Turquie, sur le Moyen-Orient. L’Europe a aujourd’hui un défi de sécurité et de défense sur son territoire lui-même et pas seulement par rapport à des questions d’interventions extérieures (« tiers stratégique »).

La question de la défense européenne est d’autant plus difficile à aborder que l’Europe vit un contexte de crises multiples : financière, institutionnelle (entre Commission, Conseil, Parlement), identitaire, morale (réfugiés), sécuritaire.

Ce sont donc pour Frédéric Charillon quatre défis qu’il faut affronter : le conflit militaire et terrestre qui n’a pas disparu, le conflit politique au sein des instances (ONU, OTAN), la bataille des réseaux sociaux, le sujet des opinions publiques et des populations.
La question de la défense est essentielle mais le Préfet Cyrille Schott, ancien Directeur de l’Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ), insiste aussi sur la sécurité intérieure dans cet objectif d’une Europe qui protège. Il regrette que les européens ne perçoivent pas toujours les progrès importants réalisés en matière de coopération sur ce sujet (Europol, Frontex, mandat d’arrêt européen,…). Il admet que les attentes sont encore très nombreuses et que la crise migratoire a révélé des faiblesses structurelles au sein de l’UE. Il existe un problème d’équilibre entre les institutions, entre le poids à accorder aux valeurs de liberté et de sécurité, entre le national et le supranational. Ce sont des fragilités qui sont liées à la nature même de l’Europe sur ces sujets de sécurité. On se trouve dans la coopération et pas dans le fédéral comme par exemple pour la BCE.

Dans quel contexte militaire s’inscrit la réflexion sur la défense européenne ? L’Amiral (2s) Edouard Guillaud, ancien chef d’état-major des armées, identifie quatre défis : la solitude, la vitesse, la durée, la spécialisation.

Dans la mondialisation, la solitude militaire n’existe plus, qu’il s’agisse d’aéro terrestre, de maritime, de spatial, de cyber espace. La vitesse est essentielle mais difficile à obtenir. Au Mali, la France a pu réagir en une journée mais beaucoup d’armées européennes n’auraient pas pu être prêtes aussi vite. Concernant la Syrie , le Royaume-Uni a été bloqué par Westminster et les Etats-Unis, eux, par le Sénat. En Allemagne, il faut compter avec le Bundestag et le tribunal constitutionnel de Karlsruhe. Les opinions publiques sont omniprésentes notamment par les réseaux sociaux et peuvent interférer lourdement sur la décision politique, surtout quand celle-ci tarde, pour des raisons institutionnelles, à se manifester. Comme aucun Etat ne peut intervenir seul, il est donc nécessaire de prendre en compte cette diversité de systèmes institutionnels et le rapport de chaque Etat à son opinion publique. Le troisième point est la durée. La France sait entrer en premier dans un conflit mais elle a besoin de partenaires régionaux pour durer. Sinon, il faudrait non pas 2% du PIB en dépenses militaires mais 4%. Enfin, il est obligatoire aujourd’hui de se spécialiser sur certaines missions et d’accepter de ne pas pouvoir tout faire.

Le Général d’armée aérienne (2s) Jean-Paul Paloméros, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air et ancien commandant suprême pour la Transformation (SACT/OTAN), entend rester optimiste s’agissant de l’avenir, à condition de retrouver une cohésion et de prendre les bonnes décisions. Il faut aussi une vision politique et stratégique car même si le pragmatisme a ses bons côtés il ne mobilisera personne. De ce point de vue, le Brexit est tout sauf un point mineur en terme de défense européenne à venir. C’est une « fenêtre » d’opportunités pour la défense européenne. Cette opinion est également défendue par l’Amiral Guillaud pour lequel le problème est clairement plus politique que militaire. Il note que sans buts stratégiques communs et sans vision commune, il ne peut exister de défense européenne.
En conclusion de la première table ronde, Werner Fasslabend, ancien ministre de la défense de l’Autriche et président d’EuroDéfense Austria, partage ce souci de vision et cette nécessité d’un sursaut. La situation à l’Est l’inquiète. Il s’agit non seulement de sécurité mais aussi de valeurs. Le chantier est immense car même si sur le papier nos armées européennes peuvent paraître importantes, concrètement, elles sont très insuffisantes.

Le Préfet Schott rappelle que « l’Europe est le miracle de la paix », qu’elle est un compromis entre un idéal supranational et l’histoire de très vieilles nations. L’Europe avance de compromis en compromis, c’est pourquoi il n’est pas possible d’opposer pragmatisme et vision mais plutôt de chercher à les associer. Il reconnait néanmoins que la politique européenne a changé. On est passé de l’Europe des « fondateurs » (Gasperi, Spaak, Schuman) à celle des « croyants » (Kohl, Mitterrand, Giscard, Delors) et aujourd’hui d’une certaine manière (et en caricaturant un peu) à celle des « épiciers ». Nous vivons, pour lui, une période de « repli ». En Europe et ailleurs.

Le Général de corps d’armée (2s) Jean-Paul Perruche, ancien directeur général de l’état-major de l’Union européenne, confirme que le contexte économique et financier, ce contexte d’argent public rare, pèse sur la question de la défense européenne et sur les choix à opérer. L’OTAN est de ce point de vue une solution confortable mais cela nous lie totalement au bon vouloir des Américains. En même temps, la Lybie a montré qu’agir dans le cadre de l’OTAN sans des Etats-Unis actifs est très difficile. Quels peuvent-être les objectifs ? Des coopérations permanentes ou ponctuelles ? Des coopérations globales ou à quelques-uns ? Il faudra répondre à ces questions.

Jean-Dominique Giuliani, Président de la Fondation Schuman, pense qu’il faut redéfinir le concept de souveraineté à l’aune des défis nouveaux auxquels nous faisons face. Les Etats doivent composer avec des souverainetés à la fois nationales, européennes et internationales. Les vieilles recettes nationales ne peuvent répondre à toutes les attentes. La coopération permet de mieux exercer une souveraineté européenne de plus en plus indispensable. Le président de la Fondation Schuman se réjouit que son projet de traité intergouvernemental à trois suscite l’intérêt. Les principaux Etats seraient ainsi placés devant leurs responsabilités. Il rappelle que selon lui ce traité ne signifie pas qu’il faille arrêter les projets en cours en matière de sécurité et de défense européennes.

Il est d’autant plus important de préserver cet acquis qu’il n’est pas aussi limité que certains ne se plaisent à l’affirmer. Dans son intervention, Alain Le Roy, ancien secrétaire général du Service européen pour l’action extérieure, énonce les nombreuses interventions européennes civiles et militaires conduites avec succès au cours des dernières années. Cela va de la lutte contre la piraterie maritime à celle contre les trafics humains au cours de l’actuelle crise des migrants jusqu’à la Centrafrique. La coopération européenne en matière de sécurité et de défense est pour lui une réalité et c’est ce que montre bien la nouvelle stratégie de sécurité européenne (document présenté au Conseil Européen par Mme Mogherini en juin dernier) concernant ces sujets. Ce texte insiste notamment sur la nécessité d’être capable de répondre à des crises extérieures, de renforcer les capacités de nos partenaires, de protéger les citoyens européens. Il contient aussi des avancées sur la notion d’intérêts communs.

Le Général d’armée (2s) Henri Bentegeat, ancien chef d’état-major des armées et ancien président du Comité militaire de l’UE, estime néanmoins qu’à Bruxelles, nous sommes passés d’un état d’optimisme voire d’euphorie (2006-2009) à un état beaucoup plus pessimiste après2010. L’Europe saurait-elle défendre par ses armes son territoire et ses valeurs ? Il existe plusieurs obstacles pour cela. D’abord le fait que c’est à l’OTAN et aux Américains, à travers l’article 5, d’assurer la défense collective de l’Europe. L’OTAN fixe les standards, les normes, organise les entraînements collectifs. Le deuxième obstacle réside dans la lassitude des opinions publiques européennes. La troisième difficulté est le Brexit. L’UE perd l’une de ses deux principales puissances militaires, une vision mondiale, un des deux cosignataires des accords de Saint-Malo. Le dernier obstacle est enfin cette culture du soft power très en faveur à Bruxelles.

Cela dit, pour le général Bentegeat, les opinions publiques évoluent. Elles perçoivent les menaces et les dangers, de plus en plus. Le Brexit permet aussi une prise de conscience dans l’opinion de la fragilité de notre construction européenne. Il faut donc continuer la PESD, peu importe qu’on la juge aujourd’hui insuffisante ou non, maintenir un lien fort sur les questions de défense avec le Royaume-Uni d’autant que, sans les Anglais, des projets comme l’Etat-major ou l’agence européenne de défense peuvent devenir des réalités. Il faut aussi faciliter l’engagement opérationnel des armées européennes et travailler sur le sujet de leur financement commun, bâtir une approche globale que l’OTAN ne possède pas (cf. la réussite européenne de l’opération Atalanta) et qui, contrairement à ce qu’on entend parfois, ne minore pas l’action militaire. Il faut encore travailler sur de nouveaux axes comme le maritime ou le renforcement des capacités militaires de nos partenaires, continuer et renforcer la coopération UE/OTAN quelle que soit l’acuité du sujet turc. Enfin, le général Bentegeat invite la France à conserver ce rôle d’aiguillon sur la défense européenne.

L’importance de la base industrielle et technologique européenne a été soulignée par Hubert Védrine et ce point est confirmé par les propos de l’Ingénieur général de l’armement Jean-François Ripoche (DGA). Celui-ci regrette cependant qu’il n’y ait pas de définition commune de cette base. Il faut donc faire acte de pédagogie pour l’avenir. Il s’agit notamment de faire comprendre que le marché de la défense n’est pas un marché comme un autre car les clients sont des Etats et non des acteurs privés. Ce n’est pas le cas par exemple du marché de la sécurité. Il faut aussi intégrer que le militaire est un investissement sur la durée qui impacte le sujet de l’autonomie stratégique. D’un point de vue normatif, la « préférence européenne » est très importante à défendre à Bruxelles, comme « l’idée d’un marché européen spécifique de la défense ». Si les Américains sont nos partenaires dans le cadre de l’OTAN, à l’export ils sont nos concurrents. En revanche, y compris entre concurrents européens, nous pouvons coopérer sur les technologies transverses.

L’Amiral Païtard (2s) signale que le groupe MBDA est un exemple industriel concret des situations qui viennent d’être décrites. La stratégie d’autonomie est une bonne nouvelle pour l’industrie européenne de défense, estime le représentant de MBDA. Il est cependant important de ne pas faire du sujet de la défense franco-britannique un otage des négociations globales sur le Brexit car cette relation bilatérale est essentielle. Nous avons plusieurs exemples de champions européens nés de cette coopération et d’autres sujets à venir comme celui des missiles sont aussi capitaux pour l’avenir de la défense européenne et de notre industrie d’armement.

Il faut également veiller à ce qu’une coopération anglo-germanique ne prenne pas le dessus du fait d’éventuels affrontements politiques car cela voudrait dire l’introduction de matériels américains. Un leadership allemand se traduirait par un développement militaire qui se ferait essentiellement dans le cadre de l’OTAN et donc la masse critique dans chaque Etat ne serait pas atteinte. Le résultat serait une France isolée faisant face à un couple germano britannique imposant son modèle au sein de l’OTAN. Un dernier danger réside, selon le représentant de MBDA, dans l’opposition Commission/Conseil sur ces thématiques. Au total, tous ces dangers pourraient très fortement affaiblir le concept d’autonomie stratégique.

En conclusion de la seconde table ronde, Dr Antonio Figueiredo Lopes, ancien ministre de la défense du Portugal, président d’EuroDéfense-Portugal, a insisté sur l’importance de la qualité des signaux que les gouvernements doivent adresser dans un contexte marqué par la résurgence des populismes et des extrémismes et des nationalismes. La défense européenne n’est pas une option, elle n’a pas d’alternative, même s’il faut trouver un point d’équilibre entre liberté et sécurité.

L’Ingénieur général de l’armement (2s) Patrick Bellouard, président d’EuroDéfense-France, conclut ce colloque en soulignant l’avancée et l’opportunité pour faire avancer la défense de l’Europe que constitue la nouvelle stratégie de sécurité européenne présentée au Conseil Européen par Mme Mogherini en juin dernier, avec son concept d’autonomie stratégique européenne, et en remerciant l’ensemble des orateurs pour la qualité de leurs interventions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s