Chronique – EuroDéfense-France, partenaire de La Fabrique Défense

Activités : septembre 2021 – janvier 2022

La Fabrique Défense, une initiative novatrice de la ministre des Armées, portée par la Direction générale des relations internationales et de la stratégie (DGRIS).

« Nous avons besoin d’Europe, des jeunes Français et des jeunes Européens », – a rappelé la ministre lors de la clôture de La Fabrique Défense le 28-30 janvier 2022 à La Villette.

20000 inscrits, 150 partenaires, des multiples rencontres, conférences, débats, visites – le bilan de cette clôture illustre une véritable réussite.


Depuis septembre, l’équipe d’EuroDéfense-France s’est mobilisée pour répondre à l’appel de la ministre et de la DGRIS et notamment l’objectif de réunir trois thèmes : la défense – l’Europe – les jeunes.

Sept évènements labellisés LFD ont été organisés soit directement par EuroDéfense-France, soit en étroite collaboration avec nos partenaires.

EuroDéfense-France organisateur

  • 5 octobre, Lyon, Institut d’études et de stratégie Défense, Lyon 3
  • 18 octobre, Paris, Ecole militaire, en partenariat avec Europe IHEDN et IHEDN, Revue Défense nationale
  • 23 novembre, Strasbourg, étudiants SciencesPo, ENA
  • 20 janvier, Coëtquidan, CREC

EuroDéfense-France partenaire actif et investi

  • 18 novembre, Rennes, 2 universités, Maison de l’Europe, Ouest-France
  • 14 décembre, Paris, Ecole militaire, 3AED-IHEDN
  • 25 janvier, Paris, Jeunes Européens de Science Po
  • 26 janvier, Bruxelles, IHEDN et Fondation Schuman

Ces évènements nous ont permis de mobiliser un réseau important : 600 étudiants, 15 ambassades (essentiellement les attachés de défense), institutions nationales : ministère des armées, ministère de l’Europe et des affaires étrangères, Sénat et Assemblée nationale, institutions européennes (AED, EMUE, Commission, OSCE), industriels de défense.

Lors de la clôture de ce cycle de La Fabrique Défense, sur le stand d’EuroDéfense-France (dans l’espace Europe), nous avons organisé une série d’entrevues sous le titre commun Vers une Europe puissante et solidaire. Elles ont permis d’aborder des différents aspects des sujets européens en incluant les Jeunes européens, le public auquel La Fabrique Défense a été destinée en premier chef.

Quels thèmes de la défense européenne nous ont mobilisés lors de ces quatre mois ?


La défense, vecteur de la souveraineté européenne ?

5 octobre 2021, Lyon, Institut d’Études de Stratégie et de Défense de l’Université Lyon 3

Après le retrait précipité des États-Unis d’Afghanistan et la crise franco-américaine autour de l’alliance AUKUS, quel peut être le rôle de l’Union européenne dans les relations internationales ? Les pays européens peuvent-ils avoir les moyens de devenir maîtres de leur destin dans la défense ? Si les crises récentes favorisent un sursaut des Européens, une dynamique plus profonde est à l’œuvre depuis le sommet de Saint Malo en 1998 et, plus encore, depuis 2016 avec la volonté de doter l’Union européenne d’une autonomie stratégique. La mise en œuvre du Fonds européen de défense vient compléter depuis cette année un ensemble d’initiatives porteuses d’une possible défense européenne. Cette dernière peut-elle être compatible avec la souveraineté des États ?


Diplomatie et politique étrangère : quelle place pour l’Union Européenne dans le monde ?

18 octobre 2021, Paris, École militaire, en partenariat avec Europe IHEDN, IHEDN et la Revue Défense Nationale

En 2019, la nouvelle Présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré qu’elle dirigerait une Commission géopolitique. Et, comme l’illustre Sylvie Bermann dans son dernier article « Europe géopolitique ou géopolitique de l’Europe : quelle place pour l’Union européenne dans la compétition des grandes puissances ? » (Revue internationale et stratégique, juin 2021), c’est bien l’Union en tant que telle qui s’affiche désormais comme géopolitique.

Dans cette progression de l’Europe dans le monde, peut-on parler de la diplomatie européenne et quelle est son rôle ? Bien évidemment la recherche de la paix entre les nations mais aussi l’affirmation de ses intérêts et des valeurs qui sous-tendent le fonctionnement d’une nation ou d’une entité qui la dépasse. Qu’entendons-nous par la diplomatie européenne ? Quelles avancées des institutions communautaires sont nécessaires pour progresser ensemble dans un monde mouvant ? Quels expériences, outils, mécanismes et compétences existent déjà au sein de l’Union européenne ? Quelle est la place de l’Europe au sein des organisations internationales, sans omettre l’importance des relations transatlantiques ?


Souveraineté et Solidarité, un défi européen

23 novembre 2021, Strasbourg, Institut d’Études Politiques

L’UE est une puissance « civile » qui refuse très largement l’usage de la force militaire ; le programme piloté par la DG ECHO de la Commission européenne est un outil humanitaire qui ne lui donne pas une réelle influence pour résoudre les conflits ; il n’existe pas de politique étrangère européenne, les États ne coordonnant pas leurs actions diplomatiques nationales (siège de la France au CSNU, etc.) ; seule une réforme de la Charte des Nations-Unies permettrait d’accorder à l’UE une position conforme à son rang, mais celle-ci devrait d’abord se mettre en mesure d’exercer de telles responsabilités.

Pour de nombreux pays européens, les États-Unis sont leur « protecteur », l’adhésion à l’OTAN ayant d’ailleurs précédé l’entrée dans l’UE. Du reste, les achats d’avions américains (plutôt que des Rafale ou des EFA) pourraient prouver cette « servitude volontaire » ; le projet SCAF devrait offrir une alternative européenne, mais sa réalisation est semée d’embûches ; la constitution de groupes industriels intégrés est très complexe à faire aboutir (Airbus reste unique). L’échec de la CED (1954) avait eu pour cause conjoncturelle la situation intérieure française ; en réalité, personne ne voulait des « États-Unis d’Europe » dont rêvait Jean Monnet, car les sentiments nationaux étaient encore très forts au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Les « petits pas » étaient plus efficaces pour dépasser ces clivages, et l’économie pouvait être le bon levier pour parvenir à un « système de défense européen » (cf. « système monétaire européen » avant l’Euro), un objectif reconnu par le récent communiqué Macron/Biden (Rome 29 octobre).

Permises par le traité de Lisbonne, les coopérations structurées permanentes (CSP) semblent l’option privilégiée pour construire une « Europe de la Défense » reflétant la souveraineté et la solidarité que partagent les États et les peuples de l’UE ; la coopération structurée permanente (CSP, ou PESCO en anglais), le FEDef et l’IEI sont de premiers jalons sur ce chemin.


Quels nouveaux modèles pour l’industrie de défense européenne ?

14 décembre 2021, Paris, École militaire, partenariat avec 3AED IHEDN

L’Europe de la défense connaît des progrès notables et le thème du modèle européen dans l’industrie de défense et d’armement est capital aujourd’hui, actuel, orienté vers l’innovation et la coopération des grandes industries européennes. Pour adresser les enjeux européens de la défense et d‘armement, de l’autonomie stratégique européenne dans le secteur de la défense, le débat contribuera directement au développement d’une culture stratégique européenne grâce au débat des experts et des acteurs dans le secteur. L’industrie de défense est une industrie singulière car elle touche à la « souveraineté », nationale et européenne.

L’éventail des questions est large : dans quelle mesure les Grands programmes de Souveraineté modèlent ils les industries de défense en Europe ? est ce que la structure fragmentaire des marchés internationaux et le développement de technologies duales (civiles et militaires) ont un impact sur l’industrie de défense européenne ? comment est-ce que la Commission Européenne appréhende les risques pesant sur la Base Industrielle et Technologique de Défense Européenne ? Quelles sont pour vous les contraintes qui pèsent sur cette industrie de défense (contraintes matérielles, coopération internationales) qui occupe une place singulière par définition ? quelles évolutions du Fonds Européen de Défense ? Mais c’est un fait que Fonds européen de la défense (FEDef) illustre par son existence une évolution emblématique de l’Europe et de sa défense.


Solidarité et souveraineté, une question de la défense

20 janvier 2022, Coetquidan l’Académie militaire de Saint-Cyr

En 2017, dans son discours à la Sorbonne, le Président Emmanuel Macron a lancé un défi, celui de l’autonomie stratégique de l’Europe, qui incite à s’interroger sur le concept de souveraineté européenne. Cet appel a suscité un vif débat intellectuel et politique au sein des États-membres. Aujourd’hui, le concept de la souveraineté européenne a gagné le terrain géopolitique, économique, numérique, celui de la défense, de la santé et de l’industrie. La souveraineté de l’Union composée des vingt-sept États souverains reste à bâtir sans préjudices de certaines prérogatives nationales. Dans ce contexte, les questions surgissent sur la concurrence possible entre la souveraineté d’un État et celle de l’Europe. Cependant, peut-on aujourd’hui préserver la sécurité et la prospérité d’un pays sans la souveraineté d’une Europe unie ? Peut-on défendre notre industrie, nos frontières, notre monnaie, notre économie sans une Europe forte et unie, celle qui agit, qui exige le respect de ses valeurs, ses intérêts et de ses espaces, celle qui reprend sa place sur la scène internationale ?

Le contexte géopolitique de plus en plus complexe et les menaces qui pèsent sur le continent européen appellent à une stratégie commune de l’Union. Tel est l’objectif du document lancé sous la présidence allemande de l’Union, appelé La boussole stratégique. Porté par la présidence portugaise et slovène, ce futur livre blanc européen doit être adopté sous la présidence française en mars 2022. Le dialogue européen établi à l’occasion de ce travail sur La boussole stratégique a fait déjà preuve d’une volonté et d’une capacité de l’Europe à penser son avenir. Les tensions aux frontières Est et Nord de l’Europe, les instabilités de la Méditerranée, ne peuvent qu’accélérer le projet à 27 et dans de multiples domaines, notamment celui de la défense, la sécurité, l’énergie, le cyber et l’économie. La solution ne peut venir que d’un renforcement de l’union des forces des Européens (Jean-Paul Perruche, revue Administration, déc. 2021). Enfin, l’Europe plus forte ne concurrence pas l’alliance transatlantique, appelée aujourd’hui à s’exprimer sur la sécurité européenne, mais bien au contraire, peut en constituer un partenaire permettant d’équilibrer et de renforcer l’architecture sécuritaire de notre continent.


La boussole stratégique : quel cap pour la défense européenne ?

26 janvier 2022, Paris / Bruxelles, l’IHEDN et la Fondation Schuman, en collaboration avec EuroDéfense-France

Quelle Europe souhaitons-nous bâtir d’ici à 2030 ? Peut-on aujourd’hui avancer avec un horizon partagé et une vision commune ? Telles sont les questions auxquelles devra répondre le texte dont la rédaction est engagée dans le cadre de l’initiative de la « boussole stratégique », née sous la présidence allemande du Conseil de l’Union, portée par les présidences portugaise et slovène et dont l’adoption est prévue sous présidence française. A travers cet exercice ambitieux et sans précédent, les Européens entendent identifier les défis communs et les moyens nécessaires pour renforcer le rôle de l’UE sur la scène internationale et bâtir une Europe conforme à ses principes fondateurs, respectueuse de ses valeurs et protectrice de ses citoyens.

L’élaboration d’une vision commune à vingt-sept appelle un dialogue européen approfondi en vue de convergences sur les questions liées à la sécurité et la défense européenne, importantes pour la jeunesse, telles que la politique commerciale, l’industrie, l’innovation, l’énergie et l’environnement.


Vers une Europe puissante et solidaire

28-30 janvier 2022, Paris, La Villette

Europe et la mer, Patrick Hebrard et Jean-François Morel

Écrire l’histoire de l’Europe aujourd’hui, Catherine Horel et Georges-Henri Soutou

Certains enjeux de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, Cyrille Schott et Pierre Berthelet

Comment engager la jeune génération sur les sujets de citoyenneté, sécurité et défense ? Hartmut Bühl, Nannette Cazaubon et Les Jeunes IHEDN

Parler de l’Europe aux petits-enfants, Jacques Favin-Levêque et Patrice Mompeyssin

Penser la puissance militaire de l’UE, Edouard Jonnet et  Patrice Mompeyssin


Quelques réflexions :

L’Europe deviendra forte à condition de jouer habilement ses cartes vis à vis des États-Unis, de l’OTAN mais aussi de la Russie, tout en ne cédant pas à la pression chinoise. L’Europe doit désormais éviter toute marginalisation sur le plan géopolitique et s’imposer” (Hartmut Buhl)

« L’Europe signifie, selon l’expression de Pierre Pflimlin, le « miracle de la paix » et, selon celle de François Mitterrand, « notre avenir » (Cyrille Schott)

« A l’instar des politiques communautaires, les projets menés dans le cadre de la coopération pénale tendent à élever progressivement le degré d’intégration de la sécurité intérieure. L’objectif n’est pas de créer un Léviathan fédéral froid, impersonnel, mais de créer une Europe des peuples dotée de la légitimité démocratique et des moyens nécessaires pour lutter efficacement contre la criminalité internationale » (Pierre Berthelet)

« Penser la puissance militaire de l’Union européenne : Le dialogue stratégique et sa pédagogie » (Edouard Jonnet)

« Si l’Alsace a longtemps été au cœur des déchirures de l’Europe, elle est devenue l’âme de son unité. Strasbourg est la capitale spirituelle de l’Europe, là où souffle l’esprit » (Cyrille Schott)

« Ainsi, si j’osais pour conclure cet ouvrage, je dirais à tous les jeunes de France et d’Europe, à l’instar d’Obama : « Yes,you can » ou, mieux encore, à l’instar de Jean-Paul 2 :« N’ayez pas peur » (Jacques Favin-Levêque : Grand-Père, c’est quoi l’Europe ?)


Réseau européen EURODEFENSE

Le groupe de travail « rayonnement » du réseau a organisé le 1er Octobre 2021, une visioconférence sur le thème «  du Pacte Vert européen et la Défense », dans le cadre de l’étude sur les liens entre « Energie – climat – sécurité et défense ».

Mr Eduardo Caetano de Sousa, pilote portugais de cette étude a traité le cadre géopolitique, Mr Jean-Charles Boulat (France) a présenté les mesures à prendre pour assurer la compatibilité entre les besoins des Etats membres et le Pacte Vert, Mr Juan López Díaz (Espagne) a traité la géographie de l’énergie, Mr Jan Wind (Pays-bas) les avantages opérationnels de la transition énergétique, le débat étant modéré par Mme Ani Davidova (Portugal).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.