Entretiens

Interview of Patrick Bellouard in Il Caffè Geopolitico

An article of Marco Giulio Barone, published in Il caffe geopolitico,

At Eurosatory 2016 we had the honor and the pleasure of interviewing Patrick Bellouard, president of EuroDéfense France. EuroDéfense is a network of national associations aiming at promoting the establishment of a common European defence policy. We had a very interesting talk about the future of European defence, and EU troubles in advancing the European Defence and Technological Industrial Base (EDTIB).

Mr. Bellouard, is Eurosatory relevant for European defence issues ? What EuroDéfense France will be doing here ?

First of all, as president of EuroDéfense France, I am here to inform defence industry companies about our association’s activities and objectives. We hope they will listen to our ideas about the future of the European defence, as they should understand that their role implies some degree of responsibility in substantiating the defence of Europe though increased cooperation. In fact, many industrial managers seem to manage their companies as if they were not fully aware that in the defence domain they are part of a bigger picture that requires strategic planning for Europe-wide geopolitical goals. As a consequence, their strategic choices seem often short-sighted. Instead, we believe European defence industry companies should change their attitude and look at the long term benefits of a European integrated defence industrial base rather than aiming at short and midterm revenues only. In addition, defence investment in Europe is often insufficient to maintain industry competitiveness in the defence market at national level. Then the only solution to maintain a competitive industrial base in Europe and to keep some technological edge on potential enemies in the future is to increase cooperation in Europe. EU Nations can no longer act alone.

So, do you think a European industrial base is possible in the defence sector? To what extent ?

Competition is worldwide, then we must make sure that our European companies are competitive in the world market. As national markets are no longer sufficient to support the defence industry competitiveness, companies should be encouraged to cooperate more in Europe, to put together their competencies and enhance their capabilities for competing, and to avoid useless duplications. Even when a company is leading a specific sector, that status may not last forever if it stays alone and does not try to work or even merge its capacities with other European partners. But it is difficult to make each and every one of them recognise such a paradigm.

First of all, I want to specify that defence spending is not really increasing in Europe. Rather, it is stabilizing. The amount of extra funds pledged is limited in comparison to past shortfalls. Now the trend sees a stop to cuts, but I would not say European countries are starting to spend more. In addition, I would like to focus on how the money is spent. EuroDéfense has often reminded the authorities that what is missing most in the European “defence toolbox” is investment. If you take a closer look at today’s budget, even after the slight increase of resources, defence investment is still declining. Instead, European countries spend more on personnel. So there is no concrete improvement at the macro level, at least for now. European countries still miss the capability of long term strategy, or at least they do not take the appropriate actions which would show that they fully understand the major challenges they are facing for the future. Otherwise investment would have been the first field of action to which pledging more political and financial capital. Instead, things are still going differently, and European countries still think they can cope with tomorrow’s world and threats through reactive short term measures only. Furthermore, thinking strategically means realizing – as we already stressed – that each European stakeholder is too small to survive to tomorrow’s geostrategic challenges. EU members and their defence industry companies can no longer wait for starting sharing seriously what they have (funds, know-how, expertise, and so forth) with the others, otherwise even raising budgets will not help much. There are still too many duplications, and then funds are spent inefficiently. Even without spending more, there would be so much to do for spending better!
Finally, there is a discrepancy between statements and reality. In theory, since more than 10 years, European states have established that the percentage of defence investment spent in cooperative programmes had to raise consistently – from 20% up to 35% of the total defence investment budget in Europe – but this has never happened in reality.

So, if a new wave of innovation does not come, the newcomers might threaten seriously traditional players. With unforeseeable consequences on the balance of forces in Europe – as western defence industry companies risk to decline. In particular, Poland, Sweden, Finland and other eastern and northern countries are boosting their industrial capabilities in the field. They feel they cannot integrate as major players such as France and Great Britain hamper their integration pathways. As a consequence, their strategic agenda includes now competing rather than integrating. How do you see it? Is it true ?

I think that this is an old way of thinking. Picking from my personal experience as OCCAR-EA director (Organization for Joint Armament Cooperation – Executive Administration), I can say your statement puts defence industry into blocks that are not so easy to determine. Everything is far from being black and white. I admit that some major companies may sometimes behave like that, but – at the same time – things are much more complex. There are already a number of agreements, cooperation deals, successful cooperative projects and failing ones. In short, everything is not given but, rather, dynamic. There is good and bad in that, but things are slowly moving in the right direction and there is room to avoid rigid oppositions between member states and/or industry companies and find win-win situations.

How do you see European defence in the next 10 years? Will we reach some level of credible integration ?

In the short term, the Brexit will reshuffle cards and therefore there will be a moment of confusion. I would have preferred that the UK stay in Europe and work in and for the European defence project with the other nations. However, I have to admit that the UK has always acted as a brake – and a very efficient one- to slow down the European defence project. Then there is an opportunity that without the British brake the European defence project might have better times. This notwithstanding, it is clear that each situation brings threats and opportunities, and governments play a key role in grabbing or losing the second while avoiding the first. The exit of Great Britain leaves Europe with a big capability gap in military affairs that the other members might be in serious troubles to fill. On the other hand, the need to fill those gaps once for all might constitute a good stimulation for the other EU members. Finally, I hope that in 10 years all European countries, including Great Britain, will realize that putting together forces and knowledge will be mandatory and unavoidable. Otherwise, Europe as it is might cease to exist.

FIND OUT MORE ON : http://www.ilcaffegeopolitico.org/

Publié le 18 octobre 2016


«Il n’y aura pas de défense européenne crédible à moyen terme sans une base franco-allemande solide.» Entretien avec Jean-Paul Perruche dans la revue de la Fondation Schuman

«Il n’y aura pas de défense européenne crédible à moyen terme sans une base franco-allemande solide.» Entretien paru dans la revue de la Fondation Schuman, entretiens d’europe, n°91, 25 avril 2016.

Que pensez-vous de la situation géostratégique de l’Europe, alors que les conflits augmentent dans son voisinage ?

Je pense qu’elle est assez inquiétante dans la mesure où les nations européennes semblent démunies face aux risques et aux menaces qui les entourent et qui se renforcent, et ne paraissent pas vraiment décidées à s’unir pour les traiter. Les Européens n’ont eu de cesse de réduire leurs efforts de défense depuis 20 ans alors que le reste du monde renforçait ses capacités militaires, certains pays (Chine, Russie, Arabie Saoudite…) de manière considérable. Actuellement, la plupart des pays européens s’en remettent totalement aux Etats-Unis pour leur sécurité, alors que les priorités stratégiques de ce pays ne sont plus centrées sur l’Europe, comme l’a affirmé à plusieurs reprises le Président Obama et comme l’a démontré la crise libyenne. Notre puissant allié réclame au contraire un investissement plus fort des Européens dans leur sécurité. Les principales menaces, le terrorisme et les migrations massives incontrôlées ne concernent d’ailleurs pas de la même façon les Etats-Unis et l’Europe.

L’Europe a-t-elle des intérêts globaux? Sont-ils communs aux États membres ?

L’Union européenne a certainement des intérêts globaux, mais en l’état actuel des traités, elle n’est pas capable de les faire valoir en tant qu’acteur politique. Les intérêts communs européens résultent de l’intersection des intérêts nationaux, chaque Etat définissant ses intérêts à son échelle. Seuls les intérêts confiés à la Commission sont véritablement promus de façon commune aux Européens mais cette délégation ne concerne pas la défense. Avec des Etats très différents par leur situation géographique, leur histoire et leur puissance, la surface des intérêts communs est donc réduite.

Les 28 chefs d’Etat et de gouvernement doivent adopter fin juin une stratégie européenne de sécurité réactualisée. Qu’en attendez-vous et, selon vous, quel doit en être le contenu ?

Vous l’avez compris, la force des Etats européens devenus (relativement) trop petits à l’échelle du monde globalisé, ne peut naître que de leur Union. Or la puissance de cette union ne peut résulter de la simple addition de puissances nationales hétérogènes et indépendantes. Il faut considérer l’Union européenne dans ses réalités actuelles : 500 millions d’habitants, produisant 23% de la richesse mondiale, et vivant sur un espace géographique continu délimité par des frontières extérieures, comme cadre de définition d’ambitions et d’intérêts globaux qui englobent ceux de ses Etats-membres, mais les dépassent. Cela ne doit donc pas affaiblir la puissance des Etats mais au contraire la renforcer au sein d’une union fondée sur l’addition mais aussi la complémentarité et la solidarité. C’est sur cette base que doit être définie une stratégie européenne de sécurité pertinente et performante, identifiant tous les risques et les menaces auxquels sont confrontés les Etats-membres de l’Union européenne et leur union, puis en proposant des réponses collectives européennes fondées sur la solidarité, la complémentarité et la coopération des Etats, mises en œuvre par un véritable « leadership européen ». A partir de cette stratégie, devraient être déduites les capacités nécessaires pour assurer à l’Union européenne une véritable autonomie stratégique en relation avec ses besoins de sécurité et ses ambitions.Pensez-vous que l’approche européenne en matière d’industries de défense est efficace ?Le problème majeur des industries de défense européennes est de s’être retrouvées surdimensionnées dans la période post-guerre froide, dans un contexte de déflation constante des budgets de défense des Etats européens et de compétition internationale renforcée sur les marchés « export » avec l’apparition de nouvelles industries dans les pays émergents. Actuellement, il faut remédier aux duplications nationales coûteuses, rationnaliser la base industrielle de défense pour lui donner une stature européenne, tout en investissant significativement dans la recherche mais aussi dans le développement. L’objectif est clair mais le chemin est difficile. La perspective de financements européens pour la défense, notamment avec l’action préparatoire de la Commission, est plutôt encourageante, mais se heurte à la réticence de certains Etats et de certains industriels.

L’Union européenne n’est pas engagée, en tant que telle, dans la coalition internationale qui bombarde l’organisation État islamique. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de réponse militaire européenne commune ?

Dans la mesure où la motivation, les intérêts et les capacités de frappes aériennes des Etats membres étaient très différents dans cette crise, il était sans doute contre-productif de se lancer dans un débat sur les finalités, les effets à obtenir et la répartition des rôles dans cette crise très complexe, qui aurait sans doute duré longtemps et qui risquait de ne pas aboutir. En outre, une coalition plus large s’était déjà formée autour des Etats-Unis au sein de laquelle des modes de coopération se définissent entre Etats participants. Enfin, en l’état actuel de ses structures et de ses capacités, l’Union européenne est peu préparée à conduire des actions coercitives généralement réservées à l’OTAN.Quelles conséquences militaires aurait un éventuel «Brexit»?En première analyse, le retrait britannique apparaît comme une amputation sérieuse des capacités militaires européennes, mais les Britanniques ne se sont en fait jamais investis dans les opérations de la PSDC (hormis la fourniture de l’OHQ de Northwood pour l’opération Atalante dans la Corne de l’Afrique) tentant d’ailleurs le plus souvent d’en réduire les ambitions, pour ne pas faire d’ombre à l’OTAN. Il est possible en revanche que l’obstruction britannique au développement des capacités militaires autonomes de l’Union européenne ayant disparu, certains pays européens renforcent leur coopération et accélèrent leur intégration dans le cadre de l’Union européenne. De toute façon, il y a fort à parier que, même en cas de Brexit, les Britanniques n’hésiteront pas à se joindre à une opération de l’Union européenne comme partenaire externe, s’ils y ont intérêt.

Comment le couple franco-allemand pourrait- il contribuer à faire progresser la défense européenne ?

Il n’y aura pas de défense européenne crédible à moyen terme sans une base franco-allemande solide. Le problème est que, jusqu’ici, pour des raisons historiques, les politiques de sécurité et d’emploi de la force en politique étrangère des deux pays sont assez éloignées de même que les processus de décision politique. Il faut donc faire tous les efforts pour rapprocher les deux pays dans ces domaines. Peut- être la réflexion sur un livre blanc franco-allemand serait-elle un bon levier pour enclencher un processus vertueux ?

D’après l’Institut d’études de sécurité de l’Union européenne, la part moyenne du PIB consacrée par les Etats membres de l’Union aux dépenses militaires était de 1,28% en 2014. L’accroissement des budgets de défense est-il pour vous un préalable à une avancée concrète vers une défense plus commune ?

Oui, je crois que le niveau d’insuffisance actuel des budgets de défense européens traduit un refus d’assumer ses responsabilités en matière de sécurité et de défense et c’est très grave. Par ailleurs, compter que, grâce à une approche européenne par mutualisation et partage (pooling and sharing), les Européens pourraient pallier leurs lacunes capacitaires à bon compte est un leurre. Il faut donc vraiment un relèvement rapide des efforts de défense nationaux vers l’objectif des 2%. Mais si l’on veut véritablement avancer vers une défense européenne commune, il faudra parvenir assez vite à un pourcentage de PIB commun à tous les Etats membres pour leurs dépenses de défense, car c’est le premier critère de solidarité et de responsabilité et évidemment ce pourcentage ne devrait pas êtreinférieur à 2%.

Plusieurs États membres ont annoncé l’augmentation de leur budget militaire. A partir de quel niveau d’accroissement jugerez-vous cette évolution satisfaisante ?

Les budgets de défense doivent naturellement correspondre au besoin de sécurité qui est lui-même lié au contexte sécuritaire régional et mondial. En outre, ils doivent être calculés en anticipant sur l’évolution de la sécurité, car l’argent investi dans un système d’armes l’année A n’aura souvent d’effets qu’à partir d’A+10 voire A+15. Les budgets ne devraient pas être inférieurs à 2%, à réévaluer en fonction de l’évolution des menaces. Je rappelle qu’ils dépassaient 3% dans la plupart des pays européens à l’époque de la guerre froide.

Début 2016, le Pentagone a annoncé le quadruplement des fonds alloués aux forces de l’US Army et de l’OTAN stationnées en Europe. Qu’en pensez-vous ?

Je crois que l’emploi de la force en politique étrangère par le Président Poutine depuis les affaires de Crimée, allié à une croissance exponentielle du budget de défense russe depuis 10 ans a repositionné la Russie comme un compétiteur et un adversaire éventuel et potentiel des Etats-Unis. Les Etats-Unis utilisent donc naturellement les facilités qui leurs sont offertes par les pays d’Europe centrale et orientale qui se sentent menacés et par l’OTAN pour renforcer leur main en Europe. C’est une stratégie de « containment » qui vise à rassurer des alliés et à dissuader la Russie d’entreprendre de nouvelles actions dans ce secteur. Elle prendra tout son sens dans les « deals » à venir entre Américains et Russes sur les différents théâtres de crise mondiaux.

Qu’attendez-vous du sommet de l’OTAN prévu à Varsovie au mois de juillet prochain ?

J’espère qu’il débouchera sur une plus grande implication et donc une prise de responsabilités des Européens dans leur sécurité. Je déplorerais qu’il nous ramène à l’époque de la guerre froide et entretienne la culture de dépendance dans laquelle sont tombés les Européens à cette époque. La nouvelle OTAN doit définir une nouvelle coopération transatlantique fondée sur les intérêts communs et la complémentarité des responsabilités de sécurité entre Américains et Européens.

Publié le 06 mai 2016


« A Gaza peut-on éviter les pertes civiles ? » Interview du Général JP. Perruche paru dans le Journal La Croix

LA QUESTION DU JOUR
Par  ROTIVEL Agnès
JEAN-PAUL PERRUCHE
Général de réserve et président de l’association EuroDéfense-France.
Le 1er Août 2014

À Gaza, peut-on éviter les pertes civiles ?

La haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Navi Pillay, a condamné les attaques touchant des maisons, des écoles, des hôpitaux et des centres de réfugiés lors de la guerre entre Israël et le Hamas, qui a fait plus de 1 400 morts, en majorité des civils palestiniens. Dans un combat en zone densément peuplée, la protection des populations est difficile à réaliser, souligne le général Jean-Paul Perruche, ancien commandant en second de la force de l’OTAN au Kosovo (2002-2003) « Il est très difficile d’éviter les victimes civiles dans la bande de Gaza, où la densité de population est très élevée, où le combat est de haute intensité, avec l’utilisation de roquettes et de missiles. Même avec la plus grande attention, cet objectif paraît très difficile à atteindre. En temps de guerre, dans l’armée française comme dans les armées européennes, il y a des règles que toutes les démocraties appliquent: respect des populations civiles, droits de l’homme, convention de Genève, etc. Mais chaque situation est spécifique. Lorsque l’adversaire prend les civils comme bouclier, la protection des populations est plus difficile à réaliser.

Dans le passé, les guerres étaient justifiées par des objectifs décidés au niveau de la Nation et même si on avait une certaine compassion envers les civils, ce n’était pas la priorité. Aujourd’hui, la guerre doit être évitée, c’est un dernier recours quand toutes les autres solutions ont été épuisées. Les démocraties essaient de faire une guerre morale, qui ne compromette pas leurs valeurs et l’évolution future de la société dans laquelle se produit cette guerre. Cependant, même dans un conflit asymétrique comme celui entre Israël et le Hamas, soit vous faites prévaloir la morale et vous faites une guerre chirurgicale, en allant chercher le mauvais djihadiste caché, mais vous exposez vos soldats et vous aurez des pertes, soit vous consentez à plus de pertes civiles chez l’adversaire – une attitude plus immorale –, mais votre opinion publique sera avec vous, c’est la realpolitik.

On a le devoir de défendre sa population, mais la question des moyens utilisés se pose. Est-ce que la fin justifie n’importe quel moyen? La réponse est un équilibre à trouver entre ses propres pertes et le dommage que l’on cause aux civils.

La position politique d’Israël vis-à-vis des Palestiniens est contestable. Ce qui ne l’est pas, c’est le droit d’Israël à défendre son existence et à protéger sa population. Mais la résolution par la force, utilisée par Israël, est contestable et contestée. Il faut ramener les Israéliens et les Palestiniens à se parler et à évoquer les problèmes à surmonter. »

Cet article peut aussi être retrouvé à l’adresse suivante: http://www.la-croix.com/Archives/2014-08-01/JEAN-PAUL-PERRUCHE-General-de-reserve-et-president-de-l-association-EuroDefense-France.-A-Gaza-peut-on-eviter-les-pertes-civiles-2014-08-01-1187051

Publié le 06 août 2014


« Mythe et réalité du projet d’une défense européenne ». Entretien avec le Général d’Armée Aérienne Patrick de Rousiers

I/. La défense européenne est une réalité mais elle n’est peut-être pas celle à laquelle vous pensez.

L’Europe de la défense, ce n’est pas la défense de l’Europe. Les Ukrainiens ne se tournent pas vers l’Union Européenne pour assurer la défense de leur territoire, mais pour voir des changements profonds survenir dans la gouvernance de leur pays et pour garantir des perspectives d’avenir pour eux comme pour leurs enfants, à l’image des évolutions vécues par leurs voisins en Turquie et en Pologne. […]

Retrouvez l’intégralité de cet entretien en cliquant ici.

Publié le 6 août 2014