Recension de livres


 Jean-Dominique Giuliani, Européen. Sans complexes,

éd. Marie B, Paris 2022

L’Europe est notre ambition et notre fierté, mais aussi notre réalité et notre quotidien, celui que les Européens interrogent parfois avec timidité, parfois avec volontarisme. Parler de l’Europe sans complexes, en regardant la réalité en face au moment de la crise ou dans la perspective des campagnes électorales, en France ou dans d’autres États membres, tel est l’objectif que se donne Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, un Européen fier de l’être et un auteur bien connu du public européen. Avec une dose d’humour, un sérieux d’analyse, une plume captivante, l’auteur aborde un panorama de sujets variés : la France entre l’ambition et la frustration, l’idée de l’Europe, sa souveraineté, sa place dans le monde, ses relations avec des alliés, des adversaires ou des ennemis. L’Allemagne, qui est avec la France aux origines du projet européen, n’est pas toujours comprise avec toute la finesse de son esprit, de son histoire. Or, les deux alliés peuvent avancer ensemble avec plus de connaissance mutuelle et pour inventer une Europe innovante et soudée. L’Europe de la mer, un sujet cher à Jean Dominique Giuliani, y trouve sa place.

Les constats, parfois tristes et sans cacher la déception, ouvrent tout de même la porte vers des ambitions européennes sans oublier la place de la France dans notre Union en progression. Nos divisions intra-européennes s’inscrivent dans l’histoire, parfois lourde à porter et marquée par Postdam ou Yalta, le mur de Berlin, mais aussi glorieuse, celle du Moyen-Âge ou de la Renaissance. Enfin, quel est le regard d’aujourd’hui porté sur la guerre, celle que nous avons rejetée au profit de la communauté qui aspire à la paix et au respect du droit, de la règle commune, alors que celle-là frappe à nos portes ? Le monde évolue à toute vitesse et l’Union ne peut faire l’économie de s’adapter. Pour cela, Jean-Dominique Giuliani propose trois concepts qui pourraient incarner l’innovation : la délégation, la simplification et la communication.  Est-ce que l’Union, souvent critiquée pour sa lenteur et sa rigidité, pourrait répondre à ce défi ? Est-ce que l’Europe pourrait dépasser ses divisions et avancer dans une vision commune des vingt-sept ? Et, quel rôle pourrait y entreprendre notre « Grande Nation » en fédérant et « sans complexes » ? En somme, l’unité européenne inquiète nos adversaires voire nos ennemis, mais c’est le seul chemin de l’Europe sans complexes.